N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers d'Alès, de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix. Lien vers mon adresse mail.

"Mais enfin qui sont ces neilikkas ?" me demandait-on à la fin de ma conférence au Congrès de Métaphysique Appliquée (Bruges, 26 Sept). Une feuille de menthe dans une tasse de thé ? Une goutte de rosée sur la moustache d'un phoque ? Un grain de beauté sous un carré Dior? Non, je ne savais pas, malgré toute une vie consacrée à l'étude de ces créatures éminemment rétives à l'apprivoisement conceptuel La seule chose que j'avais réussi à apprendre d'elles c'est qu'un monde sans neilikkas... c'est co...
Ce matin-là, « Lève-toi, tu vas être en retard » me dit maman en ouvrant les volets (maman c'est mon meilleur réveille-matin). D'un bond je me lève. En retard ? Non, surtout pas aujourd'hui ! Vite. Un tour de gant sur la figure, une noisette de dentifrice et hop ! J'avale les escaliers par quatre et mon bol de café au lait. Vite. Moufles, bonnet, cache-nez. «Tu n'as rien oublié au moins ? le cerf-volant? …boutonne ton duffle-coat !… »me dit maman en démêlant mes cheveux à coups de peigne et de P...
« Les yeux sont des oiseaux prisonniers » Malaparte J'habite au château. Mon père est roi, ma mère reine. Köning und köningin von Polen, aiment-ils dire sous les grands lustres éclatants de mille petits soleils. Das Vaterland von Chopin ajoute mon père qui joue du piano comme si Chopin habitait chez nous. C'est un grand château. Si grand qu'on ne peut pas jouer à cache-cache sans risquer de se perdre. Et ennuyeux avec ses immenses salles, ses tapisseries d'Aubusson et ses poêles vernissés. ...

En entrant on est accueilli par le grand acacia qui agite ses branches un peu comme un éléphant ses oreilles. C’est sa façon à lui de recevoir les gens. Immense et silencieux, il règne sur la cour comme un directeur d’école. Parfois il se met un nuage sur la tête pour se donner l’air sérieux.


Au printemps il s’habille de fleurs et d’abeilles. Une saute de vent et hop il neige sur la cour en plein mois de mai.
Les tourments de la vie ont creusé dans le tronc une sorte de cheminée par laquelle on grimpe jusqu’à la première branche. De là, par temps clair, bravant l’interdit, on saute, les bras ouverts en parachute. L’acacia a toujours gardé le secret.

Uniquement vous abonner?

Ou poster un texte, une photo, un lien...

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie L'accumoncellement
5 novembre 2019
Accumulation, énumération, liberté, excès... Voilà ce que cherchait cet atelier et c'est aussi ce à ...
Reymond Sylvie L'enfant au piano
2 novembre 2019
Une nouvelle écrite pendant le stage de septembre 2019 à Bayssac.
Reymond Sylvie LES YEUX VERTS.
2 novembre 2019
Ce texte est le résultat du travail de l'atelier de Nîmes sur la nouvelle en mai et juin 2019. Brig...
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci