N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Un frôlement le fit sursauter, l'arracha à ses pensées. En un chuintement soyeux, un oiseau de nuit, une chouette effraie probablement, venait de se poser sur la branche basse du grand chêne, là, à 10 mètres de la table branlante qui lui servait de bureau. Le masque blanc de l'oiseau se détachait sur le violet sombre de l'horizon, lui rappelant soudain le faucon qui s'était posé à quelques mètres ...
  A chaque coup de pioche la poussière s'élève en un nuage sec qui agresse la gorge et vient se coller à la sueur, maculant le visage, les bras, blanchissant les cheveux, formant des plaques sur les pantalons raidis de crasse et mouillés de transpiration. D'un revers de sa manche à peine retroussée, il essuie son visage, traçant des sillons humides dans la pellicule beige qui imprègne la peau...
Nous étions rois et le savions à peine. Miséreux mais fiers, ambitieux sans espoir. Melchior venait du Niger, Gaspard du Burkina Faso, moi, du Mali. Un village près de Bamako. C'était en 2019 selon le compte des Occidentaux. J'avais 17 ans et travaillais sur le port de Tanger. Des petits boulots, durs, sales, pénibles, pour payer les passeurs. Mon père m'avait confié toutes ses économies mais ça n...
Hier soir, dès l'aube, un soleil noir illuminait la nuit. Les ombres blanches des arbres s'étiraient comme des ressorts contractés sur le sol plat trop pentu. Soudain, durant quelques minutes, un blanc corbeau traversa l'horizon, emplissant le silence d'un puissant cri muet. Deux marcheurs solitaires, main dans la main, couraient, immobiles, figés, fuyants. Leurs calmes paroles animées montaient v...

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie Une douceur animale (Triptyque 1)
18 avril 2020
Première partie d'un tryptique qu'Anne-Marie a écrit lors de notre travail sur la nouvelle. A suivre...
Reymond Sylvie A chaque coup de pioche...
4 avril 2020
Un texte que Didier vous invite à prolonger selon votre inspiration...
Reymond Sylvie Prisonnière
30 mars 2020
Confinement quand tu nous tiens...
Reymond Sylvie En ce temps là...
30 mars 2020
Premier texte de confinement! Ecrire, lire, partager sans se voir, sans se toucher autrement qu'émot...
Bernard N Constance
23 mars 2020
Bonjur Hélène, je ne savais pas que c'était toi Helène Delprat. Mais je reconnais ton texte que j'ai...
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci