N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Écrire en atelier:"Poésie et synesthésie: mélanger les sens"... Olivier Buerb 28/11/2015

1 FRAGMENTATION AVEUGLE

J'ai effleuré ce miroir poli comme un galet de rivière.
J'ai caressé le reflet de ton image au travers de la mienne.
J'ai respiré ton odeur chaude de pleine lumière au travers du tain.
J'ai savouré la lumière de ton sourire à la clarté étincelante.
J'ai contemplé, les yeux fermés, l'obscurité de ton absence.


J'ai frôlé du bout des doigts l'horizon lointain où se rejoignent les lignes de nos vies
respectives.
J'ai écouté parler tes couleurs favorites, ce camaïeu de bleus à l'accent tantôt suave,
tantôt acéré.
J'ai embrassé à pleine bouche ces mêmes bleus à l'âme que me procure le reflet de
notre éloignement.
J'ai dégluti la transparence de ma présence au pied de ton ombre.
J'ai brisé l'opacité de ce moment en rouvrant les yeux.
J'ai jeté à terre ce miroir pour qu'il cesse de me renvoyer une forme informe.
Je n'ai pas perçu les cris de ces mille éclats de lumière qui pourraient être tiens.
Et puis j'ai rejeté ta clarté aveuglante pour me n'emmurer dans l'antre de moi-même.

2 ORIENT DÉSORIENTÉ
Quand, les yeux fermés, mes narines frémissent sous les effluves entêtants d'épices, je sais que je suis bien au coeur du Grand Bazar. Je déambule avec la lenteur d'un escargot qui ne sait où donner des antennes. Le brouhaha ambiant enivre mes oreilles et m'invite à aller à droite, à gauche, partout. Je sais bien où je suis mais je suis perdu.
Mes sens sont déboussolés tellement j'aimerais aller visiter chaque échoppe. Mais laquelle en premier ? Je suis tel un derviche tourneur dans ma tête mais immobile dans mon corps.
L'invite chaleureuse de chaque commerçant est un dilemme. « Tchaï » clament-ils en me prenant par la main. La douceur au toucher des tapis aux couleurs chatoyantes, l'odeur du cuir fraîchement tanné aux accents noirs et marron, les odeurs de nourritures aux subtiles épices envoûtent mes sens.

Oui, je suis bien au Grand Bazar ! Mon cerveau est perdu mais mes sens, eux, en jouissent pleinement ! 

Écrit en atelier:"Poésie et synesthésie: mélanger ...
Écrire en atelier"Description d'un lieu à partir d...
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie A chaque coup de pioche...
4 avril 2020
Un texte que Didier vous invite à prolonger selon votre inspiration...
Reymond Sylvie Prisonnière
30 mars 2020
Confinement quand tu nous tiens...
Reymond Sylvie En ce temps là...
30 mars 2020
Premier texte de confinement! Ecrire, lire, partager sans se voir, sans se toucher autrement qu'émot...
Bernard N Constance
23 mars 2020
Bonjur Hélène, je ne savais pas que c'était toi Helène Delprat. Mais je reconnais ton texte que j'ai...
Didier Tricou Folie de l'écriture Antonin et Dieu
24 février 2020
Maurice, mon bon Maurice, c'est... impressionnant ! Maurice, mon bon Maurice, ça secoue ! Bravo !
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci