N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

EPIPHANIE

Comment peut on ne pas connaitre Avignon, lui dit il.

La luminosité de cette journée d'hiver s'invite, le soleil surplombe chaque contour des remparts. Le tour de la ville donne une illusion de grandeur majestueuse où les portes s'ouvrent dans les 4 directions, laissent passer les rayons de ces villes lointaines où les personnages du passé défilent encore.

Elle a senti le tressaillement de leur présence lorsque nonchalamment elle est entrée par la porte principale sud est et longe une avenue sans surprise étroite bordée de larges trottoirs où fourmille la vie.

Ici les voitures forment une longue file ininterrompue de moteurs ronronnant,là les rires et le bourdonnement des causettes.

Elle s'éloigne, le silence tombe assourdissant et…

C'est lorsqu'elle trébuche sur les pavés d'une rue étroite qu'elle s'arrête, les ombres conquérantes imprègnent les murs, elle frissonne, le froid s'ébroue.

Seul le ciel révèle la présence du jour et du temps qui s'écoulent, elle se fige, les yeux levés puis flâne lourdement,dans les rues les âmes s'évanouissent, se dissipent, se sauvent, laissant leur gout de désertion, de solitude et d'obscurité.

A l'approche du palais, l'oppression s'évade, le labyrinthe de ruelles s'entrecroise, tressaute, gambade, fredonne la complainte du passé et ce sont les allées qui les unissent à toutes les places hétéroclites, singulières et dissemblables.

Elle est captivée par ce foisonnement de sensation à chaque passage qui se jette sur ces espaces, elle entend sa propre exclamation jongler avec les battements de son cœur.

La place du Palais est inondée de lumière, les pierres irradient la puissance du château et les arcanes du passé révèlent leur envoutement.

Le regard embrumé, elle flotte, tremble, chancelle et c'est à ce moment là que les cloches se mettent à sonner.

Oui dit elle cette ville m'appelle depuis longtemps déjà, il est temps que je vienne enfin.

J'ai aperçu toutes ces années de vie ici à l'intérieur des fortifications, c'était il y a très longtemps ou …. Peut être … demain, murmura t'elle le visage strié de larmes.

​Il a sonné à la porte.
Les choux à la crème
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci