N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Haïkus...

Au cœur de l'océan

la tête dans les étoiles

danser               


Sous le vent d'Ouest

l'herbe

 danse                


Mer en ciel

inonde de bleu

les yeux              


L'homme géant

aux quatre coins de l'île

se cogne              


L'océan

le ciel et le vent

île          


Le feu de la Terre

déchire le bleu des mers

cratère        


Glisser des mots aux oiseaux

c'est écrire

dans le vent        


Ciel et mer

les lèvres s'offrent à

l'horizon         


Le ciel

embrasse l'océan

chaude étreinte         


Entre le ciel et la terre

le vide

est plein d'air         


Au clair de lune

le soleil

dévoile son profil féminin         


Rayons au vent

il court sur l'océan

 le soleil         


Face à l'océan

la falaise

offre du vide


Au pied de la falaise

les flots se déchirent

 neige


Glisser entre

les herbes et le vent

 danser


Le lait de la mer

tiède et fumant

écume animale


Se laisser aller au vent

 ravissement

pour herbes folles


le vent violent

fait pleurer les nuages

et peigne la colline


Fendre les eaux de l'océan

et danser

 là-haut


La tassechaude

se laisse prendre

volupté


Volutes évanouies

de son ventre chaud

ivre théière


La tasse blanche

sur sa soucoupe blanche

 aurore boréale


La petite cuillère en argent

attend

la caresse des doigts


Fonte du sucre

dans le thé chaud

dissolution des sens


Quand la petite cuillère

s'offre

parade de reine


La porcelaine blanche

enlace le soleil

et danse


Faire glisser son doigt

sur le bord de la tasse

et rêver


Une gorgée de thé chaud

un regard complice

amour


La tasse tâchée et vide

nostalgie


du temps passé

Une tasse et un verre

enlacés

complicité


La nappe blanche

nue

érotisme pur


Le doigt de la fée

offre sa magie

 la table danse


Une trace de rouge à lèvres

sur la porcelaine blanche

viol en neige


Au petit matin

embrasser son sein

 fièvre animale


Dans la cour sèche

le panier fleuri de l'enfant

 innocence


Vers la fosse béante

le pas du croque-mort

 regrets


Le lourd pas du merle rouge

vers la sauterelle noire

 obscénité


Entre les barreaux

l'oiseau picore les miettes

 prisonnier


Parmi les fleurs

le pas s'agite au vent

la grâce


Le pasle pasla pas

scandé par le bourreau

 l'horreur


Au-dessus des nuages

le pas bleu de l'ange

offrande


Par son pas mesurant

l'arpenteur

va


Sur le plateau nu

le danseur

son pas


Au fond du fond du fond

le pas

ivre crapaud


Saisissez votre texte ici...

Signes... ?
A chaque coup de pioche...
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie Une douceur animale (Triptyque 1)
18 avril 2020
Première partie d'un tryptique qu'Anne-Marie a écrit lors de notre travail sur la nouvelle. A suivre...
Reymond Sylvie A chaque coup de pioche...
4 avril 2020
Un texte que Didier vous invite à prolonger selon votre inspiration...
Reymond Sylvie Prisonnière
30 mars 2020
Confinement quand tu nous tiens...
Reymond Sylvie En ce temps là...
30 mars 2020
Premier texte de confinement! Ecrire, lire, partager sans se voir, sans se toucher autrement qu'émot...
Bernard N Constance
23 mars 2020
Bonjur Hélène, je ne savais pas que c'était toi Helène Delprat. Mais je reconnais ton texte que j'ai...
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci