N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers d'Alès, de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix. Lien vers mon adresse mail.

Extrait du discours de réception du prix Nobel de Gabriel Garcia Marquez

A la question de savoir ce qu'il pensait être le substrat de son oeuvre, voilà ce que le lauréat du Nobel a répondu:

-          "  La poésie grâce à laquelle, sur I'imposante liste de navires dressée par le vieil Homère dans l'Iliade  souffle un vent qui les pousse à naviguer avec une légèreté intemporelle et hallucinée. La poésie qui porte, sur le délicat échafaudage des tercets de Dante, tout le dense et délicat édifice du Moyen Âge. La poésie qui, en une totalité miraculeuse, nous rend notre Amérique sur les "  Hauteurs du Machu Picchu "  du grand Pablo Neruda, le plus grand de tous, là où nos plus beaux rêves sans issue distillent leur tristesse millénaire. La poésie, enfin, cette énergie secrète de la vie quotidienne qui fait cuire la soupe dans la cuisine, propage l'amour et répète les images dans les miroirs.

            À chaque ligne que j'écris je m'efforce toujours, avec plus ou moins de bonheur, d'invoquer les esprits furtifs de la poésie et de laisser sur chaque mot le témoignage de ma dévotion pour leurs vertus divinatoires et leur victoire permanente sur les pouvoirs sourds de la mort. Le prix que je viens de recevoir est pour moi, en toute humilité, la révélation consolatrice que ma tentative n'a pas été vaine. C'est pourquoi je vous invite tous à lever vome verre à la santé de ce qu'un grand p'oète de nos Amériques, Luis Cardoza y Aragön, a défini comme l'unique preuve concrète de llexistence de l'homme : la poésie. Merci beaucoup."

Auriculaires...
Découvrir les livres de Franck Chauvereau
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie L'accumoncellement
5 novembre 2019
Accumulation, énumération, liberté, excès... Voilà ce que cherchait cet atelier et c'est aussi ce à ...
Reymond Sylvie L'enfant au piano
2 novembre 2019
Une nouvelle écrite pendant le stage de septembre 2019 à Bayssac.
Reymond Sylvie LES YEUX VERTS.
2 novembre 2019
Ce texte est le résultat du travail de l'atelier de Nîmes sur la nouvelle en mai et juin 2019. Brig...
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci