N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Folie de l'écriture- Ecriture automatique

Vers où va la belette cramoisie du pain éventré par Dieu l'ami de l'éternelle boursoufflure puante et décérébrée par-delà vents et morues, putes et canibals, foutre de chinois et fleutrio vergeturé, prie-Dieu et masturbateur de cigale, le cheval bleu a mis ses bas roses dans des souliers vernis pour courtiser Marie la verge folle Oh mon Dieu béni soit ton saint nombre écarlate de jus des lentes bananes auburn par la route du péché sans vice pour beaucoup de vertu vers le cimetière des ombres oxydées et encartée du valet de pique en avant vers les rois communistes par un enchantement préférentiel à la gorge du père marron des forêts de buis encrassé malgré le soleil dans la clairière dévorée par le démon arraché de son sommeil dérouté du père Lafleur à l'anus enflammé par le désir de paraître en décolleté de marbre au-dessus des flaneries embuées du défenestré bénitier à la faucille et au goupillon défroqué par l'amarande bleuie du bené en l'absence du chevalier à la denture ravageuse et à la croupe fêlée par l'agneau bazané dans le thuriféraire égosillé vers le soleil du juste ou bien partouze bien sentie à la fleur du bois de par en-dessous les rosiers par le cheval au teint de charrue pour l'éboueur empaqueté vers le ciel où dégénère la flûte de marronnier en souffrance près de la marmitte en décomposition pour marcher dans les bas-fonds de la baiserie du croc-mort enfantant un éléphant vert dans la douleur du miel courtisan par derrière l'analphabète cul de jatte au front duquel s'arrache les poireaux du désespoir dans l'étang poissonneux aux vieux débris de caramel dans la pourpre enfiévrée lunaire vers la charité et la détestation du bien-être féminin aux ovaires gonflés de pulpe d'orange affadie jusqu'à l'orfraie de la contingence brûlée par les couilles du radis effleuré du devant dans l'opprobre générale du peuple en contrition par-delàl'Occident généré au front de la dégénérescence oppressée vers des montagnes de purin délicieux dans la matinée des gendarmes de la marquise aux rouflaquettes dévorées par les rats parfumés à l'Yssey Miaké frelaté depuis le songe de la purée à l'artichaud se laisse aller près du puits bancal désespéré par le cygne vert au chalumeau en brouette de la vie nuisible à tous les navets et panais laïcs du cantonà la brassière du mineur de fondet macérer le nuage déféquant le rôti de bœuf sur la vigne des tartins pudibons mélangés de luisance parfaite à l'éfigie du moignon perdu par la mégère défroquée en conséquence de la raréfaction du lithium et de la terre affectée d'une brûlure au porc déviant marchant au détour d'un canard boiteux fusillé par un marcassin aux cheveux bleus parmi les soldats en arme bottés de mocassins crachés à l'huile de vidange pour enfin berzinguer le tuyau de poële dévérouillant le gosiller et provoquer un bonne chiasse salutaire efficace et relevant de Giogio Armani lequel ritalmussolinien par son père et chien dans l'étang par sa mère prostituée pour un certain plaisir monsieur le maire de la commune de San Pietro de laPutréfaction vers le marché aux ânes castrés de San Paulo de la décoction de vers solitaires et de gambruges affourbichées parties de l'enflure du bigorneauet de la rêverie d'un traître sorti de son cercueil au cimetière communal entre la décharge municipale et les tresses blondes dans un brouhaha de pets de nonnes en fusion dans la confusion pour la bonne cause l'explosion du cadavre en apnée dans le plomb oh vertu messageaire des burnes déployées et du doux vent d'Ouest par le mensonge parti par la rue de la raie et du puissant décolleté enfoncé vers l'enfant triste au Saint tabernacle du Dieu mangé en rondelles par-delà les courges et les trompettes nettes et sans bavure le chien méchant en charpie sur le couvercle de base à la Sainte alouette du pape éborgné en vue de son adaptation pour la putréfaction du monde des vivants sans odeur cachante du cyclope invertébré aux abois face à la congélation du sperme dans des futs de 200 litres à peine bus envoyés vers le ciel dans la discrétion du cafarnaüm bienfaisant aux antipodes de la pêche au thon du dernier bèrbère inattendu des prairies noires issues de la génèse du décortiqué et de la chambre à gaz pour tintinabuler le marquis mal baisé quand Liliane et Gérard coffrent l'andouille de Guéméné en tailleur Chanel pétard d'Adèle affriolant par la case départ en pleine conscience de l'abrutissement pédérastique devant la vitrine dézinguée de la modiste pré-embalée vers le nez d'autruche à cavité profonde perdue dans la déglutition vagino-faciale permettant à l'archevêque de se constituer prisonnier au-devant de la poutre à l'eau de rose infraction au règlement de Sainte Pélagie réduite à la contrition du plus bas trou du cul au-devant d'une fourmilière à gros bulbes d'enterrement sacrificiel dans l'alégresse la générosité et l'ébulition des adventistes du 7ième jour joufflus et tartinés d'un coup de torchon pré-enregistré vers l'armoire rangée par-dessus la jambe du nain de jardin enchiffoné dans une ultra féminité jusqu'au gratte toi le nez enflé du géranium rouge par-delà les frontières cadenassées dans le cadre hydilique du ryzome camphré.  

Folie de l'écriture Antonin et Dieu
Ecrire la folie
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie Prisonnière
30 mars 2020
Confinement quand tu nous tiens...
Reymond Sylvie En ce temps là...
30 mars 2020
Premier texte de confinement! Ecrire, lire, partager sans se voir, sans se toucher autrement qu'émot...
Bernard N Constance
23 mars 2020
Bonjur Hélène, je ne savais pas que c'était toi Helène Delprat. Mais je reconnais ton texte que j'ai...
Didier Tricou Folie de l'écriture Antonin et Dieu
24 février 2020
Maurice, mon bon Maurice, c'est... impressionnant ! Maurice, mon bon Maurice, ça secoue ! Bravo !
DELPRAT Hélène Folie criminelle
22 février 2020
Haletant comme le rythme du texte, comme les mots précipités, leur flot qui mène à la chute que l'on...
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci