N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Je, écrivain.

J'ai appris à lire à deux ans. A écrire à trois. Merci sœur Saint Louis. C'est un prodige disaient les grandes personnes autour de moi. Il a des dons, il ira loin. Je voulais devenir coureur automobile comme Fangio, mais on m'a mis à l'école d'écrivains. J'ai appris par cœur les auteurs grecs et latins.

J'ai écrit mon premier roman. Un succès. Douze Césars. La Une de Paris Match. Traduit en dix-neuf langues. On me lisait partout. Jusque dans les yourtes mongoles. Les critiques étaient unanimes. Ils me situaient entre Chateaubriand et Hemingway. Les éditeurs me tiraient par la manche. Dans la rue on me saluait. Je recevais des lettres parfumées. On m'invitait à la radio à la télé. Pourquoi j'ai toujours une Ferrari Dinky Toy dans la poche me demandait-on parfois. Sais pas.

J'écrivais. Et plus j'écrivais plus j'avais de choses à écrire. Là-haut, dans ma tour de briques. Un ancien château d'eau aménagé. Avec une cafetière émaillée et le cendrier toujours plein. Et le monte-plats qui m'apportait les repas. Ma machine à écrire criquetait du matin au soir. Levait et baissait ses pattes de scolopendre. Comme aux Folies Bergères. Faisait ses pointes sur le ruban d'encre. Noir. Rouge. Noir. Rouge.

Les feuilles s'empilaient sur la table. Mes fiancées blanches je les appelais. Les piles s'alignaient ici, là. Sur le bureau. Sur le plancher. Les murs étaient tapissés de livres. Mes notes écrites suspendaient dans l'air avec des épingles à linge

Parfois on venait me chercher pour présider le salon du livre. Je m'y endormais. On me mit sur la liste pour l'Académie. Je faisais la queue entre un ancien Président de la République et un ancien PDG de Renault. Un pas de plus et je suis immortel.

Emmaüs Brive le 15 décembre 2019. Un bénévole trie un Himalaya de livres. Au milieu du tas, vingt-neuf volumes reliés, sélectionnés par le Reader Digest. Mes œuvres complètes. Il les époussette et les range dans un carton. Consciencieusement. Une fois le carton plein il écrit au feutre rouge un R majuscule. Puis il range le carton sur la pile au fond du hangar. Sous le panneau  «Recyclage » 

Debout les crabes
LA FOLIE - Vue de l'extérieur
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie Prisonnière
30 mars 2020
Confinement quand tu nous tiens...
Reymond Sylvie En ce temps là...
30 mars 2020
Premier texte de confinement! Ecrire, lire, partager sans se voir, sans se toucher autrement qu'émot...
Bernard N Constance
23 mars 2020
Bonjur Hélène, je ne savais pas que c'était toi Helène Delprat. Mais je reconnais ton texte que j'ai...
Didier Tricou Folie de l'écriture Antonin et Dieu
24 février 2020
Maurice, mon bon Maurice, c'est... impressionnant ! Maurice, mon bon Maurice, ça secoue ! Bravo !
DELPRAT Hélène Folie criminelle
22 février 2020
Haletant comme le rythme du texte, comme les mots précipités, leur flot qui mène à la chute que l'on...
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci