N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers d'Alès, de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix. Lien vers mon adresse mail.

L'accumoncellement

La C 2143, elle est longue et pas large, elle va do ch'min jusqu'au p'tit ri d'en bas, oué le p'tit gris qu'la tient ; L' ptit gris oué le père de Jean-qu'a d' l'oseille, Jean-l'macéré dans l'huile, Jean-l' Prie-Dieu, Jean- l'marlou, Jean-corne à bœufs, Jean-l'puceau, Jean-la tige de huit, Jean-l'obus, Jean-l'bossus, Jean-l'trapus, , Jean-Rien qu'a fait, Jean-l'encrassé, Jean-l'Enfoiré, Jean l'demeuré,Jean-la gamelle et Jean-Foutre. Jean-Foutre est maqué envé la Ginette do Ribnais. Un jour quo l'ateu bien saoul, o l'y a fait trois mouflets, l' Francis, l' Léon et l'Nénesse, et une mouflette, l'Euphrasie. L'Euphasie est née avec un pied du côté gauche, l'autre est parti dans la gamelle des cochons. Quat' d'un coup, oua impressionné le monde. Faut dire qo l'aveu sauté à peu près toutes les donzelles do canton et des cantons limitrophes, et qu'à s'qui paraît,… y paraît quo l'ateu membré comme un âne. Même quou s'dit qu'el Jean-Foutre ola une bite si grosse qual glissereu pas dans un canon d'trente-deux. Do coûté de la « Jambe Brûlée » , en passant par « la tête Froide », « le curé éborgné », « la baronne au gros cul », «le cou tranché », « l'pubis frisé », « la gueule ravagée », « la dent parachée », « le moignon à frire », « les os du délire », « le dos rapiéssé », « le trou fignon », « le doigt dans l'nez », « la brassière à Nénette », « l'Jojo la branlette », « la fiente des mouettes », « les couches à mémère », les « pansemants d' Sidonie », la « main désossée », « la tranchée des molaires», « la panse d'Adèle », les boyaux do Paulot »,… en tournant à gauche por renquiller do couté d' la sacrée « baudruche crapouilleuse »… après la B 1874,… au tournant d'après chez l' Jeannot et sa salope d' Germaine, elle qu'a eu la jaunisse à deux mois, la varicelle à trois mois, d' l'urticaire à quatre mois, la rubéole à six mois, l'apendice crâmée à huit mois, la tuberculose à trois ans, le crâne fracassé à quatre ans, l' bras dans la débroussailleuse à cinq ans , la plus grosse chiasse du monde à six ans et demi, un eczéma d'enfer à sept ans et demi, la caresse de papa à huit ans et demi,… au tournant, faut surtout pas passer sur la A 839 qu'appartient, d'après l'cadastre, au Marquis du four des branches du gommier des rousseaux des mages des chiens du trou d'la brouette d'la poële à frire , et la contourner en suivant l'accumoncellement des rochers que débouche au lieu'dit « l' poireau à sucer », en faisant bien attention d'pas glisser, et si on veut faire l'grand tour, faudra sauter des échaillers, prendre des longes de travers, tourner en circularité, s' barzinguer l'zimbrec, monter su l'gros chêne, fouracher la bonne do curé, descendre jusqu'au ri d'en bas, caresser l' clito d'la mémée, vrendourer les sifflettes, escalafourgner la drenlouse à trois pattes, s'esbôdire dans les étoiles, jobrousser su l'darbige, gorzanoucher l'président d'mes deux, s'emberlificoter les pinceaux, partouzer dans l'ptit bois, marcher sur la lune, borlinjouner l'siphon, s'en j'ter un,pisser le long de la bouchûre, s'en j'ter un autre, gouillarder l'capitalo, prier la dame jouflure, s'enfervoucher su l'gouyat, endauffer la droumette aux grands pieds, s'espatarder su l' boutrillat, bricolailler la pouffiasse à trois balles, barjoder la félure,s'tripoter l'zozio, maragnoinger en fourcissant, s'enfournacher l'magbourin, uriaglouver en rimbloutissant, baringir dans l'escafourinage, cinvestarouger sur la maraupitence, esmingir en vestingalière, déroustifier en machouillonant, purtagarfouger dans la gerblutissance, artoufier de l'espatouflette, … et pi t'arrive à la parcelle cadastrale D2619 qu'fait une surface de 62 ares et 38 centiares qu'appartient au cousin d'Jean-Foutre, l' Gino do dolafasolsirémi, et de sa bien-aimée l'Irina, Tania, Anna, Natacha, Olga, Elena, Pétrovna, Tatiana, Svetlana, Kouznetsova.

Maurice BERTHON 

"Nous"
Découvrir les livres de Philippe Audureau
 

Commentaires 1

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Reymond Sylvie le mardi 5 novembre 2019 08:19

Accumulation, énumération, liberté, excès... Voilà ce que cherchait cet atelier et c'est aussi ce à quoi nous invite le texte de Maurice!

0
Accumulation, énumération, liberté, excès... Voilà ce que cherchait cet atelier et c'est aussi ce à quoi nous invite le texte de Maurice!

Uniquement vous abonner?

Ou poster un texte, une photo, un lien...

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie L'accumoncellement
5 novembre 2019
Accumulation, énumération, liberté, excès... Voilà ce que cherchait cet atelier et c'est aussi ce à ...
Reymond Sylvie L'enfant au piano
2 novembre 2019
Une nouvelle écrite pendant le stage de septembre 2019 à Bayssac.
Reymond Sylvie LES YEUX VERTS.
2 novembre 2019
Ce texte est le résultat du travail de l'atelier de Nîmes sur la nouvelle en mai et juin 2019. Brig...
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci