N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

La petite grande

 Atelier du 11 décembre 2019 / Oxymores...

Il était une fois une petite fille d'un blond sombre et qui était grande pour sa taille. Sa sagesse agitée lui faisait faire pas mal de gentilles bêtises et proférer à profusion d'honnêtes mensonges.

Les enfants de la résidence nerecherchaient pas sa compagnie, ne la fuyaient pas non plus. Ils ne l'ignoraient pas, mais ne la calculaient pas. Ils ne la voyaient tout simplement pas, et pourtant Alice ne se faisait pas oublier, enchaînant blagues sinistres et gros mots doux pour attirer l'attention.

« Alice porte bien son nom », disait et répétait la vieille concierge taiseuse à qui voulait l'entendre, et à qui ne voulait pas l'entendre aussi. Il faut dire que les parents d'Alice étaient eux-mêmes d'affreux rêveurs qui envoyaient souvent Alice chaussée de ses seuls pieds nus, c'est-à-dire pas chaussée du tout. Comme Alice adorait marcher nu-pieds, elle partait ainsi à l'école en sautillant dans les flaques sèches et en évitant les crottes molles.

Lorsque la maîtresse la voyait arriver, elle demeurait sans voix et lui criait dessus. Les élèves, dont la plupart des parents étaient des rêveurs ordinaires et sans imagination, se moquaient d'elle. Ils étouffaient de gros gloussements avec leurs mouchoirs de poche à la main gauche pour les gauchers, à la main droite pour les droitiers, ou parfois le contraire. Cela ne contrariait pas Alice qui n'était pas latéralisée et qui ne le serait probablement jamais. Elle n'était pas ambidextre non plus, contrairement à son frère jumeau qui avait perdu une main dans le ventre de leur mère, mais qui était tellement habile de l'autre que l'on en oubliait son handicap de naissance. Après tout, ce n'était pas la mort !

Alphonse était né le premier et par les pieds. Alice n'avait pas pensé à lui rapporter la main oubliée – faisant preuve d'une sérieuse distraction dès les premières heures de sa vie. Contrite et coupable, elle espérait que le prochain bébé de leurs parents réparerait son erreur manuelle, mais ces derniers avaient oublié d'agrandir la famille, parce qu'ils étaient satisfaits de leurs deux jumeaux – ou insatisfaits, c'était difficile à dire, en vérité, sans mentir !

Contrairement à Alice, Alphonse détestait sortir sans souliers. Contrairement à Alice, il ne marchait pas sur les mains, ne faisait pas les pieds au mur. Mais, modestement fier de sa sœur jumelle, il applaudissait toujours ses exploits à deux mains.

Oxymore
Atelier Oxy More et plus. 11-12-19
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie Prisonnière
30 mars 2020
Confinement quand tu nous tiens...
Reymond Sylvie En ce temps là...
30 mars 2020
Premier texte de confinement! Ecrire, lire, partager sans se voir, sans se toucher autrement qu'émot...
Bernard N Constance
23 mars 2020
Bonjur Hélène, je ne savais pas que c'était toi Helène Delprat. Mais je reconnais ton texte que j'ai...
Didier Tricou Folie de l'écriture Antonin et Dieu
24 février 2020
Maurice, mon bon Maurice, c'est... impressionnant ! Maurice, mon bon Maurice, ça secoue ! Bravo !
DELPRAT Hélène Folie criminelle
22 février 2020
Haletant comme le rythme du texte, comme les mots précipités, leur flot qui mène à la chute que l'on...
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci