N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Atelier Oxy More et plus. 11-12-19

Hier soir, dès l'aube, un soleil noir illuminait la nuit. Les ombres blanches des arbres s'étiraient comme des ressorts contractés sur le sol plat trop pentu.

Soudain, durant quelques minutes, un blanc corbeau traversa l'horizon, emplissant le silence d'un puissant cri muet.

Deux marcheurs solitaires, main dans la main, couraient, immobiles, figés, fuyants. Leurs calmes paroles animées montaient vers le sol en un enchevêtrement de mots isolés, cacophonie inaudible, perçue au plus profond de leurs plates personnes.

Une voiture électrique au moteur vrombissant déchira la lumière de ses phares opaques, lucioles éteintes, avançant immobiles vers un but indéfini.

La main fermement posée avec délicatesse sur la rigide branche mouvante d'un arbrisseau métallique j'observais, les yeux clos, ce panorama invisible aux blanches couleurs. Mon regard aveugle m'emplissait l'esprit de vacuité, alors que mon âme mortelle se rassasiait de cette absence.

Souple et raide, un chat sauta en rampant par-dessus le fossé en dos d'âne, poussant un rauque miaulement mélodieux.

Les minutes défilant arrêtaient le temps de cet instant suspendu, fermement enraciné au plus haut des nuages.

Il y avait, dans cette noirceur si claire, comme une absente présence, un je ne sais quoi nettement perçu, une palpable impression fugitive, une réelle virtualité, confinant à une stressante sérénité.
La petite grande
Auriculaires...
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie A chaque coup de pioche...
4 avril 2020
Un texte que Didier vous invite à prolonger selon votre inspiration...
Reymond Sylvie Prisonnière
30 mars 2020
Confinement quand tu nous tiens...
Reymond Sylvie En ce temps là...
30 mars 2020
Premier texte de confinement! Ecrire, lire, partager sans se voir, sans se toucher autrement qu'émot...
Bernard N Constance
23 mars 2020
Bonjur Hélène, je ne savais pas que c'était toi Helène Delprat. Mais je reconnais ton texte que j'ai...
Didier Tricou Folie de l'écriture Antonin et Dieu
24 février 2020
Maurice, mon bon Maurice, c'est... impressionnant ! Maurice, mon bon Maurice, ça secoue ! Bravo !
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci