N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Oxy, more et plus – Samedi 14 novembre –

     Tu me demandes de te la décrire sans détail, tu parles d'une gageure! Pas aussi surprenante qu'une pluie sèche ou un sel caramélisé puisque tu es un habitué des requêtes rares comme l'air. Aussi, je te le dis avec la passion indifférente qui me caractérise obscurément, en face et droit dans la nuque ou au creux de l'œil si tu ne comprends pas : cette fille est tellement pas pour toi que tu devrais l'épouser rapidement, comme le chat aime la souris, comme le rouge et le noir ne se marient pas. Pourquoi ? ne me dis-tu pas, parce que c'est une belle laide, une rusée sans malice, une sympathique repoussante, parce qu'elle est souple comme le bronze et aussi sexy qu'une assiette.

     Je me doutais que mon petit compte-rendu aurait l'effet ridicule d'une bombe atomique dans un verre d'eau, pour lui, l'amateur des sombres évidences et des obstacles invisibles. Il fut prompte à me répondre puisque deux ans plus tard je reçus sur le coin de la figure, entre l'orteil droit et le pouce gauche, un mot gravé dans une eau molle comme le marbre qui disait : « J'ai suivi ton conseil – entre parenthèse cela n'a pas été facile car il courait trop vite pour moi –, puisque avec la fougue du mollusque je lui ai demandé sa langue, qu'elle m'a tendue avec une candeur infernale, puis nous sommes allés à l'église Sainte-Salope, à droite au fond de la piscine, immédiatement après la boulangerie chevaline où nous avons nos rares habitudes. Nous voilà donc heureux divorcés depuis très approximativement 10 ans, 3 mois, 4 jours, 6 heures et 47 minutes, et innocents assassins de deux enfants séniles.


ELLE S'APPELAIT ELISKA
LES PARTITIONS DE JULES
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie A chaque coup de pioche...
4 avril 2020
Un texte que Didier vous invite à prolonger selon votre inspiration...
Reymond Sylvie Prisonnière
30 mars 2020
Confinement quand tu nous tiens...
Reymond Sylvie En ce temps là...
30 mars 2020
Premier texte de confinement! Ecrire, lire, partager sans se voir, sans se toucher autrement qu'émot...
Bernard N Constance
23 mars 2020
Bonjur Hélène, je ne savais pas que c'était toi Helène Delprat. Mais je reconnais ton texte que j'ai...
Didier Tricou Folie de l'écriture Antonin et Dieu
24 février 2020
Maurice, mon bon Maurice, c'est... impressionnant ! Maurice, mon bon Maurice, ça secoue ! Bravo !
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci