N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1)remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Bois-joli et Sœur Fougère

Elle porte l'Afrique sur sa tête. L'Afrique entière.

Avec les savanes et les forêts vierges.

Elle porte une grande bassine d'eau.

Toute l'eau de l'Oubangi et du Congo.

Elle porte un grand sac sur le dos, plein du poids des bananes.

Elle porte le dernier né sur la poitrine.

Qui dort la bouche pleine du sein

Elle porte le prochain dans le ciel de son ventre.

Elle porte un boubou en cotonnade

Qui l'habille de Pompidous et de Bokassas

Elle porte le souvenir du morceau de chair entre les jambes

Et du coupe-légumes mal aiguisé.


Elle marche. Elle a toujours marché.

Elle marche depuis que ses ancêtres ont traversé l'Océan en marchant.

Au fond d'une cale

Elle marche sur le bord de la route.

Elle marche sur la terre rouge d'Afrique

Sandales à la main.

La fatigue glisse sur elle comme une goutte d'eau sur une plume.

Du Nord au Sud. Du Sud au Nord.

Un peu dans l'Ouest. Dans l'Ouest du Sud. Et dans l'Est aussi.

Elle traverse le vacarme des villes,

La crasse des quartiers

L'ombre des okoumés

Toujours droite.

Toujours le regard vers l'avant.

Fesses fermes. Hanches larges.

Son nom est dit par les scarifications sur le visage.

Son prénom aussi.

Sœur fougère.


Et toujours le sourire.

Toujours ce sourire africain.

Ce sourire aux dents blanches

Et toujours cette peau

Cette peau noire. Cette peau d'ambre noire.

Cette odeur de sueur et de mangue.

Cette peau perlée. Ces grains de soleil qui l'étincellent.

Cette peau pour 5 Francs CFA la nuit. 



--------------------------------------------

écrit (et révisé) la semaine dernière dans un atelier d'écriture virtuel: Sujet , un objet familier.

J'ai choisi une superbe statue en ébène d'une femme africaine (environ 60cm de haut)

qui m'avait été offerte par un ami africain en 1975 pendant ma coopération.

Et pour moi cette statue  symbolise la femme africaine  et sa force indestructible. le vrai pilier de l'Afrique. 


Dans le sillage de Léonard
Emile (Triptyque fin)
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter

Inscription blog

Derniers commentaires

Reymond Sylvie Une douceur animale (Triptyque 1)
18 avril 2020
Première partie d'un tryptique qu'Anne-Marie a écrit lors de notre travail sur la nouvelle. A suivre...
Reymond Sylvie A chaque coup de pioche...
4 avril 2020
Un texte que Didier vous invite à prolonger selon votre inspiration...
Reymond Sylvie Prisonnière
30 mars 2020
Confinement quand tu nous tiens...
Reymond Sylvie En ce temps là...
30 mars 2020
Premier texte de confinement! Ecrire, lire, partager sans se voir, sans se toucher autrement qu'émot...
Bernard N Constance
23 mars 2020
Bonjur Hélène, je ne savais pas que c'était toi Helène Delprat. Mais je reconnais ton texte que j'ai...
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci