N'hésitez pas à ajouter des photos, des illustrations, des liens... Merci de choisir une catégorie pour chacun de vos textes. Par défaut il sera attribué à "Textes d'atelier".

Vous pouvez vous inscrire pour participer ou vous abonner pour être informé des publications. Pour créer le compte vous serez renvoyé à la page d'accueil, il suffit de 1) remplir le formulaire, 2) confirmer votre adresse en activant le lien que vous recevrez par mail puis 3) attendre le message qui vous confirmera que votre inscription a été approuvée.

Blog ouvert à tous les participants des ateliers de Nîmes et des stages d'écriture.

Si vous ne parvenez pas à vous inscrire ou n'avez pas le temps de créer un compte, il suffit de m'envoyer vos textes et je les publierai sous votre nom ou un pseudo de votre choix sans les modifier. Je n'interviens pas dans les textes du blog. Lien vers mon adresse mail.

Une odeur

 C'est une petite odeur discrète et sans chichi

Pas plus grosse qu'une coccinelle ou qu'une larme de souris

Mais câline et rêveuse

Pieds nus dans le brouillonnement des landes et des collines

Dans un souffle de lumière, une volute de ciel

Un froissement de feuilles sous les pas d'un renard.

Buissonnière, vagabonde, elle raffole des vents d'autan

Où elle se laisse flotter légère comme une amoureuse


Un rien de jaune l'arrange le mieux

Pas le jaune cru et pâteux de Van Gogh,

Ni le jaune Versailles, ni l'or croustillant des icônes

Non, mais un jaune secret, furtif, pâlissant

Le jaune de l'ambre lavée et délavée par les vagues de la Baltique

Le jaune de l'arc-en-ciel déprisé par ses aristocrates voisins, vert et orange

Le jaune tremblotant des étoiles frigorifiées par le gel des nuits d'hiver

C'est une odeur qui ne fait pas de bruit, ou si peu

Mais si vous avez l'oreille formidablement fine

Savourez ce petit bruit neigeux et feutré des grelots de pollen

Qui voltigent dans l'air,

Minuscules messagers du miel


Invisible vous dites ? Vous vous trompez.

C'est dans les Cévennes que je l'ai rencontré

Nue, sauvage, limpide

Elle avait des longs cheveux bruns rouille

Et des fleurs de genêts pour tout habillage

Blodeuwedd*, déesse celtique du mont Aigual

------

Blodeuwedd* déess de la mythologie gaélique. Littéralement: "Visage de fleurs" 

Un délice matinal
Un parfum d'éternité.
 

Commentaires

Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
X

Pas de copie.

Pas de copie. Merci