Écrire en atelier: "Une phrase sans fin, musicalité et rythme du texte"... Astrid Armand 20/01/2016

Thomas s'assit et contempla la mer.

Il était seul, perdu dans ses pensées, pensées qui comme la houle, venaient, repartaient, venaient et repartaient à nouveau, pensées qui avaient l'aura de la couleur de l'eau, vert émeraude, un vert qui l'apaisait, le sécurisait, lui faisait fermer les
yeux pour mieux pénétrer le clapotis des vagues, pour mieux se perdre dans cette immensité tranquille qui le berçait de loin en loin, loin comme cet oiseau planant dans le ciel, se laissant porter par l'alizé doux, chaud et tendre de cette journée d'été, été qui semblait à Thomas, interminable, comme cet élément qui s'étalait calmement devant lui, mer d'huile étincelante, mer d'huile relaxante, qui faisait relâcher tous les muscles de Thomas, qui faisait de son corps une espèce de marionnette qui devenait de plus en plus molle, tellement la sérénité l'enveloppait, tellement sa sérénité était douce et le faisait alors, s'allonger sur le sable brûlant mais sans que Thomas ne ressente aucune douleur...